La conquête de la troisième dimension
La conquête de la troisième dimension
Le développement de la radio et la relative miniaturisation des émetteurs permettent de franchir un pas décisif dans les mesures en altitude. En 1927, les Français Pierre Idrac et Robert Bureau ont reçu au sol, pour la première fois, une émission à ondes courtes provenant de la stratosphère. En 1929, Robert Bureau invente la radiosonde. L'appareil, emporté en altitude par un ballon gonflé à l'hydrogène, mesure la pression et la température de l'air et transmet simultanément ces deux mesures par radio.

Pierre Idrac (1885-1935), photographié en 1928 dans le local à gonflement de l'observatoire de Trappes (Photo Météo-France)

Le réseau météorologique mondial de radiosondage. En rouge, les stations terrestres de radiosondage, en bleu les sondages effectués depuis un navire

Aujourd'hui, le système s'est généralisé. L'hélium a remplacé l'hydrogène, trop dangereux. La radiosonde mesure également humidité relative de l'air. Son déplacement est suivi par un système de radiolocalisation (Loran C ou GPS), ce qui permet de calculer vitesse et direction du vent tout au long de l'ascension du ballon. Deux fois par jour, à 0 h et 12 h UTC, à Trappes, Nancy, Brest, Bordeaux, Lyon, Nîmes et Ajaccio et dans les DOM-TOM, en France comme dans tous les pays du monde, un ballon équipé de sa radiosonde est lâché. Après 1 h 30 de montée, vers 30 000 mètres, le ballon explose et retombe à quelques dizaines de kilomètres du point de départ.

(4.6) Le radiosondage
Radiosonde, 1932

Radio-goniosonde, 1938

Série de radiosondes, 1932,1938 et 1969

Radiosonde, 1990

Radiosonde,1990 et cercle à calculs, 1956

Antenne pour radio-goniomètre, 1932